• Aveu N°192 : J'avoue, le jour où je suis devenue coupable

    J'avoue, l'enfant est par essence innocent, tous les enfants, blancs comme neige... Nous l'avons d'ailleurs tous été un jour...

    #etpuisçapartenbrioche

    Puis vient le jour où nous donnons la vie, où nous perdons notre innocence en même temps que nous sortons notre petit de notre utérus...

    #bienvenueàtoipetitêtre

    #moijesuisLaMèreCoupable

    Souvenez-vous ce poids que vous avez senti sur vos épaules le jour où vous avez poussé, le jour où vous avez crié...

    #bordeldecul

    #jedeviensmaman

    Et puis, il est là... Votre enfant... Vous avez perdu toute votre innocence, toute votre insouciance, désormais, quoi qu'il arrive, vous êtes coupable, parce que vous devenez responsable ! Responsable d'un autre être que vous-même et cela jusqu'à la fin de votre vie !!!

    #présuméemèrecoupablejusqu'àpreuveducontraire

    A partir de ce grand jour, les choses ne seront plus jamais les mêmes !

    Vous allez culpabiliser pour un rien, et même pour tout ! 

    Vous vous sentirez coupable quand votre enfant aura de la fièvre, vous vous sentirez coupable quand il aura des coliques, vous vous sentirez coupable quand il pleure et que vous ne savez le calmer ou parce que vous ne comprenez pas pourquoi il pleure...

    Puis il ira à l'école, et vous culpabiliserez de le laisser, parce que vous devez aller travailler, et que vous allez peut-être le récupérer tard... 

    Puis il va peut-être ramener de mauvaises notes de l'école, et vous culpabiliserez encore... parce que vous ne l'avez peut-être pas assez suivi, ou parce qu'il ne comprend pas et que vous ne comprenez pas non plus pourquoi... Parce que vous allez peut être le disputer, et que finalement c'est pas si grave de ramener quelques mauvaises notes...

    Puis il va grandir... pleurer, se faire des illusions, se ramasser, découvrir la haine, l'injustice, la méchanceté... Il va peut-être même déprimer, se renfermer... et vous culpabiliserez de nouveau, de ne pas l'avoir aidé à mieux s'armer, ou mieux s'épanouir...

    Bref, à partir de sa naissance, vous allez naître une nouvelle fois coupable et pour toujours !

    #jusqu'àcequemorts'ensuive

    Puis un jour l'enfant innocent va se mettre aussi à vous déclarer coupable !

    #lecoupdegrâce

    #l'enfantdevientjuge

    Il vous reprochera des tonnes de choses, de petites choses futiles comme de plus graves;..

    Mais comme l'enfant est par essence innocent... Vous n'avez rien à dire, juste à encaisser.

    Il vous clamera coupable... d'avoir oublié de lui remettre des chaussettes propres et pliées dans son tiroir, il vous reprochera d'avoir un gros nez (parce que c'est le vôtre), il vous reprochera de ne pas être assez disponible...

    Et vous ne pourrez rien faire contre cela... 

    Parce qu'il se construit, parce qu'il a besoin de ça, de vous montrer du doigt, parce qu'un jour la même chose l'attendra... Il deviendra coupable à son tour, le jour où il deviendra parent.

    La culpabilité ne s'envolera donc jamais ?

    Non jamais... Le mieux est donc de l'assumer, de l'accepter, de faire avec... en tentant quelquefois de la mettre de côté... le temps d'une pause (entre copines, autour d'un mojito, lors d'une séance shopping...)

    C'est la vie de tout parent.

     

    Alors je suis peut-être une mère coupable, 

    mais je suis une mère, et c'est tout ce qui compte.

     

    #mèrecoupabled'aimersesenfantsàperpétuité.

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  • Aveu N°191 : J'avoue, J-29 avant la fête des mères… Mieux vaut prévenir que périr !

    Cette année, la fête des Mères tombe le 29 mai 2016… Et pour que celle-ci ne tombe à l’eau, mieux vaut prévenir Monsieur Papa et les enfants, avec ou sans subtilité, ce que vous souhaitez et ne souhaitez pas…

    #fautpaspoussermémèrecoupabledanslesorties

    #jelivreuneguerresansmercicontrelescadeauxpourris

    > Premier cas de figure : Ce sont les enfants qui offrent !

    Si vous avez un homme qui prétend aisément : « Mais toi, tu n’es pas ma mère ! »… Et qui compte donc sur ses enfants et uniquement sur ses enfants pour vous offrir un cadeau… Si tel est le cas, annoncez-lui fièrement qu’à l’occasion du 19 juin 2016, date de la fête des pères, il ne sera pas votre papa non plus ! Et que le dernier appareil photo Nikon dernier cri qu’il espère avoir plus que tout au monde se trouvera DSC.

    #danssoncul

    > Deuxième cas de figure : C’est la maîtresse qui offre !

    Si vos enfants courrent vers vous le 29 mai 2016 avec un vase en carton massif rempli de fleurs de papier toilette, ne dites surtout pas Merci ! La maîtresse vous en veut probablement et a décidé de vous faire payer la dernière remarque que vous lui avait faite dans le cahier de liaison de votre enfant et qui lui était destinée. Ou alors, elle a un humour du dix-septième dessous, elle adore faire des grosses blagues pourris, et vous ça ne vous fait pas rire du tout !

    #ilnyapasderosessansépines

    #ellevientdejeterdelhuilesurlefeu

    > Troisième cas de figure : C’est le mari qui offre !

    Pour le coup, Prudence est mère coupable de sureté ! Si c’est votre mari qui vous offre un cadeau, annoncez la couleur discrètement ! Lâchez des mots, des phrases subliminales de temps à autre, au moins 20 jours avant… Laissez des prospectus traîner, en prenant soin d’entourer ce qui vous ferait le plus plaisir (déposez le prospectus aux toilettes, ça marche toujours mieux)… Laissez votre ordinateur ouvert sur la page du dit-cadeau pendant au moins 8 jours (il a toujours un peu de mal à imprimer)… Vous n’aurez plus qu’à croiser les doigts en attendant le jour J ! Enfin, n’oubliez jamais que les murs ont des oreilles, et les oreillers aussi… N’hésitez donc pas à simuler un rêve éveillé, où les noms de jolis cadeaux sortiront de votre bouche…

    #çavaêtremafête !

    #silsegourrejeletransformeenstatuedesel

    > Quatrième cas de figure : C'est le mari et les enfants qui offrent !

    Alors dans ce cas précis, n’oubliez jamais que votre meilleure arme, ce sont vos enfants ! Naïfs, amoureux, plein de tendresse pour leur Maman préférée… Vous n’avez qu’à glisser subtilement au cours du retour d’école, le cadeau ou les cadeaux rêvés que vous désireriez… Vous pouvez en profiter pour expliquer un de vos grands principes d’éducation : le cadeau dont Maman rêve depuis toujours coûte un peu cher et qu’il serait judicieux qu’ils en parlent donc à Monsieur Papa… Précisez que ce cadeau vous rendrait douce comme la rosée du matin, et généreuse en corn flakes et autres confiseries.

    #onnapprendpasàunvieuxsingeàfairedesgrimaces

    #onnefaitpasdomelettessanscasserlesoeufs

    > Cinquième cas de figure : Vous pensez que c’est l’intention qui compte !

    Ne vous y méprenez pas ! Vous êtes sans doute une jeune maman… Car si dès les premières fêtes des mères, vous pensez cela fièrement « c’est pas grave, c’est l’intention qui compte !!!!! », vous êtes foutue pour les xx prochaines fêtes des mères à venir ! Dans quelques années, vous devrez sûrement ouvrir un musée des horreurs avec entrée gratuite ou effectuer un vide-grenier pendant toute une semaine 7j/7 et 24h24 pour réussir à vous débarrasser de tous ces cadeaux si gentiment offerts mais si affreux ou tellement inutiles !

    #dégoupilleztoutdesuitevotregrenade

    Enfin, il vous reste 29 jours… Le compte à rebours a commencé… A vos marques, prêtes ? Partez !!!!!!!

    #lamèrecoupablerêvedunweek-endàBelle-île-en-mères-coupables

    Aveu N°191 : J'avoue, J-29 avant la fête des mères… Mieux vaut prévenir que périr !

    Pin It

    votre commentaire
  • Aveu N°190 : J'avoue, je me vêtirais bien de mon habit de lumière...

    Il y a certaines fois, où le fossé se creuse plus que d'habitude entre une maman et ses enfants... comme un trou béant, un gigantesque trou... où pourtant si l'on s'y penche un peu... on peut y apercevoir un trésor !

    J'avoue depuis ce vendredi 21 avril dernier, je pleure mon idole. Pour moi, c'était lui ! On a tous plus ou moins quelqu'un qu'on a adulé un certain temps, qu'on a rêvé de rencontrer, de voir sur scène... Pour moi c'était le Kid ! 

    Je l'ai découvert de plein fouet quand j'avais 10 ans. Ma marraine qui vivait sous le même toit que moi avait acheté son 45tours.

    Depuis, il ne m'a plus jamais quitté, ni le 45T de Kiss, ni les autres d'ailleurs.

    Forcément, ma couleur préférée a toujours été le violet. 

    Et mon rêve a toujours été lui de le voir un jour sur scène. Mais n'habitant pas une grande ville, vu mes moyens, vu le peu de concerts qu'il faisait depuis quelques années, je pensais ne jamais pouvoir le réaliser. Pourtant, ce jour est venu. Mais j'étais enceinte jusqu'aux dents... de John Rambo. Un dilemne... Pouvais-je assister à un gros concert enceinte de 6 mois ? Au début j'ai dit non, ce n'est pas possible... Et puis le génie du kid l'a emporté, comme s'il m'avait soufflé à l'oreille, "tu veux me voir, alors viens, vas-y débrouille toi !"... J'ai donc demandé à un médecin si je pouvais y assister, qui m'a répondu " ok ! Je vous fais un certificat pour accéder au carré pour personnes à mobilité réduite" (c'était vraiment le cas vu mon corps de baleine) !

    Je n'ai pas regretté ! J'ai pleuré, j'ai dansé (comme je pouvais), j'ai adoré, j'ai réalisé mon rêve !

    Alors comme vous l'imaginez, j'ai été meurtri vendredi dernier à l'annonce de sa mort.

    Je vais avoir 40 ans et j'avais prévu dès janvier, de fêter mon anniversaire qui aura lieu en octobre sous le thème de purple rain (avec du violet partout et tout et tout)... La gifle !

    J'aimais tout chez lui, son charisme, sa musique, sa créativité, sa personne, ses talons...

    J'ai toujours aimé les "personnages", j'en suis moi-même un dans "la mère coupable", le sien était "magique", "coloré", et plein de sensualité.

    Vous vous demandez sans doute pourquoi je parle de lui dans mon blog, car cette thématique n'a rien à faire là et pourtant si... Car mes enfants depuis vendredi, se moquent litéralement de moi !

    Ils se moquent, ils me disent qu' il est moche, qu'il est tout petit, qu'il est mal coiffé, et qu'en plus, il porte des talons? !!!!!!

    #blaséelamèrecoupable

    Pourtant, on a tous des chansons, des musiques, des artistes qui nous rappellent nos parents ?

    J'aurais voulu leur transmettre ça !

    J'espère qu'ils s'en souviendront...

    Parfois il neige en avril... Sometimes it's snows in April,

    Parfois il pleut de fines goutelettes violettes (d'ailleurs il pleut sans cesse depuis vendredi dernier),

    Et cela remplit ce fossé des générations...

    Je l'ai compris et je l'accepte...

    Et je m'en moque même, j'ai quand même décidé ce soir, de revêtir... ma veste mauve, ma chemise à jabot, mon turban de dentelle noire...

     

    #monhabitdelumière

    #leprinceestmortviveleprince

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Aveu N°189 : J'avoue, je suis une mère et une sirène...

    J'avoue, à la maison, avec les enfants, je suis du genre à nager entre deux eaux, voire en eaux troubles... Dans mon quotidien, je suis une véritable sirène !

    #attentionrévélation

    Avec ma queue entre les jambes, mes yeux de merlan frit, je tente subtilement chaque jour d'entourlouper et de séduire mes enfants afin d'en obtenir ce que je souhaite...

    #poissond'avril

    Bon ok, j'avoue, je tente de noyer le poisson...

    En vérité, j'aurais aimé être cette mère, semblable à la sirène de l'imaginaire de notre très cher Monsieur Walt Disney, douce, voluptueuse, calme, enchanteresse, patiente... Une sirène qui fait rêver...

    #etpourquoipasroussedesurcroît?

    De ma voix séduisante et posée, j'aimerais pouvoir parler tout doucement à mes enfants, sans crier, sans hurler, d'un ton mélodieux, sans avoir à élever la voix, et surtout... j'aimerais me faire comprendre, entendre et respecter à la première note !

    #lefolkloredelamèrecoupable

    J'aimerais être cette mère.

    Je me vois très bien d'ailleurs, assise langoureusement sur mon rocher (c'est mon canapé en fait), en train de chantonner paisiblement, pianissimo... et de donner des directives sans l'air de rien à des enfants envoutés, consentants et heureux de me faire plaisir...

    #mercimaman

    #ouiouitoutdesuite

    J'aimerais être cette mère.

    Douce. Calme. Ensorcelante. Respectée. (et Rousse. Bon ok j'arrête avec ça).

    J'ai bien tenté de recréer cette scène.

    En vain.

    Parce que je chante comme une seringue, que ma patience est très limitée, que toutes mes demandes auprès des enfants finissent en queue de poisson et parce qu'évidemment, personne ne mord à l'hameçon !

    Alors je m'énerve, je beugle, je hurle, et mon chant de sirène... devient vite...

    #unesirènedepompier

    J'avoue, c'est beaucoup moins glamour...

    Parce que sans queue, ni tête...

    La sirène de pompier fait beaucoup moins rêver.

    Elle casse les pieds plutôt, et les oreilles.

    J'aurais aimé être cette mère, mais je ne le suis pas. Je ne peux rien contre ça. 

    Alors pour oublier cette queue de poisson que je n'ai pas, cette magie naturelle que je ne possède pas, ce charme incontestable qui n'émane en aucun cas de moi...

    Servez-moi un mojito s'il vous plaît...

     

    #rondecommeunequeuedepelle

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Aveu N°188 : J'avoue, je suis une Mère Coupable en vacances...

    J'avoue, je suis une mère coupable en vacances... Dit comme cela, vous l'avouerez, cela fait rêver... J'en ai rêvé d'ailleurs de mes vacances... Mais tout compte fait, je me demande si je ne me suis pas faite pigeonner...

    #danslecullabalayette

    Bref, revenons à nos moutons, mes chères vacances ressemblent de près à celles de Caroline Ingalls, à la fin du XIXème siècle, en venant de Walnut Grove à 3 kilomètres sur la droite (il faut rouler pour cela quelques minutes en charette).

    Bref, toutes mes journées sont les mêmes...

    Je lave du linge, je repasse du linge, je plie du linge, je range du linge...

    #mèrecoupablecapitainedubateaulavoir

    Et quand le linge est fini, 

    Je fais les courses, j'épluche les légumes, je lave les légumes, je coupe les légumes, je cuis les légumes,

    Et quand le repas est prêt,

    Je mets la table, je sers à table, je débarrasse la table, je nettoie la table,

    Entre deux, je ne compte plus le nombre de fois où je vide le lave-vaisselle, pour remplir le lave-vaisselle,

    #jemèneuneviedebâtondechaise

    Evidemment, comme c'est les vacances, tu entends hurler, brailler, crier, pester...

    Et toi alors, tu hurles, tu brailles, tu cries, tu pestes...

    Pour les calmer, tu vas leur proposer une activité, que tu vas préparer, et que tu vas finir par faire toi-même, car ton idée était complètement pourrie.

    Bref, tu vas ranger les activités, tu vas renettoyer ta table, et tu vas retourner à ton linge,

    Comme tu es en vacances, tu vas aussi en profiter pour faire tes placards, les vider, les nettoyer, les ranger,

    faire la même chose dans les armoires des enfants,

    C'est génial tu mets vraiment tes vacances à profit pour faire exactement tout ce que tu n'as pas le temps d'habitude de faire dans ta maison...

    #jefaissemblantdemextasierlà

    Alors c'est vrai, ça sent bon dans ta maison, grâce à Saint-Marc Nettoyant Multi-usages Côtes Bretonnes, Monsieur Propre Febreze Nouvelle-Zelande, ton linge sent bon aussi avec Omo parfum Oasis Exotique, ou Super Croix Secrets d'ailleurs Maroc... C'est ça ouais, ils nous la font à l'envers les industriels... Ils croient sincèrement qu'en utilisant leurs produits, on va voyager direct vers des contrées paradisiaques et oublier qu'on est entre 4 murs, sous un ciel gris et pas un seul animateur musclé et bronzé pour s'occuper de tes gosses...

    Alors oui, je suis peut-être une Mère Coupable en vacances, mais je suis une Mère Coupable en vacances qui n'attend qu'une seule chose, c'est que Monsieur Papa rentre de la scierie, pour prendre le relais avec les enfants, et m'enfermer à double-tour dans la salle de bain pour me plonger dans la baignoire à coups de pastilles saveur Mojito :)

    C'est quand la rentrée en fait ?

     

     

    #telestprisquicroyaitprendredesvacances

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Aveu N°187 : J'avoue, j'ai mal à mon jeune.

    J'avoue, je flippe...

    J'ai grandi aussi la peur au ventre de ne pas un jour trouver de travail, de ne pas finir à réussir mes études, cela m'a beaucoup angoissé, surtout quand j'étais ado ! La vie n'était déjà pas facile dans les années 90... Les études coûtaient chères, j'ai travaillé pour me les payer, et j'ai travaillé encore plus, pour réussir...

    La déprime des adultes, la surmédiatisation des problèmes que rencontraient déjà la France n'arrangaient rien... On était déjà foutu d'avance... Les parents passaient leur temps à dire "passe ton bac d'abord !" et après on verra... Comme si le bac allait changer quelque chose...

    J'y ai cru pourtant.

    J'ai grandi avec la peur du chômage, j'ai grandi avec la peur du sida, avec l'angoisse qu'on me mette un truc dégueulasse dans mon verre de jus de pomme, mais j'ai grandi quand même et j'ai réussi à trouver ma place dans cette société confuse et grise.

    J'ai toujours eu de l'espoir, je suis comme ça, c'est dans ma nature... J'ai toujours pensé que quand on souhaite vraiment quelque chose et qu'on s'en donne les moyens, on y arrive toujours ! Peu importe le temps que cela prend. Et pourtant... Aujourd'hui, je doute.

    J'ai peur pour mes enfants, j'ai mal au coeur...

    #jaimalàmonjeune

    J'avoue, je ne me suis pas réveillée ce matin avec cette nouvelle angoisse comme par magie;..

    #jenesuispasnéedeladernièrepluie

    Mais chaque jour plus que la veille, ne montre aucune éclaircie... C'est toujours aussi gris, et ça tire vers le noir !

    #çamesaoule

    Et oublier tout ça à grand coup de mojitos ne va pas arranger les choses...

    On sait toutes et tous que l'adolescence est un âge propice au mal-être... Et qu'en tant que parents, notre rôle est de les aider à traverser cette crise au mieux.

    Mais dans le contexte actuel, comment les faire espérer d'un avenir meilleur ?

    Comment les aider à voir le bout du tunnel ?

    Quand certains vivent dans ces tunnels.

    #bloqués

    Je ne lâche pas l'affaire, j'ai envie de les aider à y croire, je pense que notre rôle est là... 

    J'ai envie de les aider à réaliser leurs rêves, même les plus fous...

    #ouijesaisc'estmoilafolle

    Si je suis devenue une Mère Coupable comme beaucoup d'autres, nos enfants eux, sont tous innocents.

    Comment les laisser grandir en paix sans avoir peur des kalachnikov, des conversations malhonnêtes sur Internet, comment les aider à grandir sans craindre le chômage et la rue, sans craindre le réchauffement climatique et sans attraper un cancer... dans cette société qui mange les enfants d'abord.

    Notre rôle n'est pas facile et leur avenir encore moins.

    Comment les aider à grandir dans ce foutu merdier...

    Comment les aider à ne pas avoir peur...

     

    #jen'aipaslasolution

    #maisjevaistoutfairepour

     

     

    Pin It

    1 commentaire