• Aveu N°177 : J'avoue, quand on est mère, c'est toujours trop ou pas assez !

    J'avoue, devenir mère ne rend pas la vie plus facile... Parce qu'avec les enfants, on ne sait jamais sur quel pied danser ! On s'aventure toutes clopin-clopant sur la route de l'éducation sans connaître réellement le chemin (le GPS connaît pas), et en multipliant les accidents.

    #ilfautêtresérieusementcasse-cou

    Bref, vouloir être une bonne mère, c'est directement se tirer seule une balle dans le pied ! Car pour les enfants, tu en fais toujours trop ou pas assez !

    Moi par exemple,

    Je n'écoute jamais assez leurs blagues ; je ne prends jamais assez de temps pour leur faire faire des activités et je ne les emmène jamais assez au cinéma ou à la piscine, ou encore dans les parcs d'attractions ; je ne leur donne jamais assez d'argent ; et je ne suis jamais assez compréhensive. Je ne fais jamais assez de pâtes ou de crèpes, et je ne leur achète jamais assez de jouets.

    A l'inverse, je suis trop exigeante en ce qui concerne les résultats scolaires, je crie trop quand les chambres ne sont pas rangées ; je veux trop de câlins et trop de bisous et je leur fais trop de légumes...

    Bref, je suis une mère qui en fait trop ou pas assez.

    Soit j'y vais trop mollo, soit j'en fais des caisses !

    #jenesuispaslamèrequitombeàpic

    Alors forcément, il faut toujours s'attendre au retour de bâton ! 

    #lebatondelaculpabilité

    Et sans noircir le tableau, je vous assure, on est toutes le trop ou le pas assez de nos enfants !

    Le pire c'est que tout cela était écrit d'avance, dans cette histoire à dormir debout. C'est l'histoire de nos vies de mère  : pas de rose sans épines, pas de plaisir sans peine, pas de joie sans chagrin.

    Et la seule unité de mesure recommandée pour un bon dosage : le pifomètre !

    #onestmalbarrées

    Une seule et unique recommandation prévaut toutefois pour équilibrer le goût doux et agréable d'une vie de famille : L'amour !

    Pour cet ingrédient, on connait parfaitement le bon dosage :

    Quand on n'aime pas trop, on n'aime pas assez !

     

    #lamaterniténapasfinidenoussurprendre

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Aveu N°176 : J'avoue, j'aime les animaux mais pas chez moi !

    Sache-le, l'enfant est par nature l'ami des bêtes... Et au cours de ton existence de mère, il voudra adopter tout un tas d'animaux, du plus poilu au plus étrange... Et si tu ne sais pas dire non, tu risques fort de te retrouver très vite au milieu d'une ferme ou d'un cirque !

     

    #bienvenuedanslafermedelamèrecoupable

     

    Sans doute, y es-tu pour quelque chose... Avec tous ces animaux en peluche dont tu l'as entouré dans son lit et son parc dès son plus jeune âge... Tu aurais du y réfléchir à deux fois, c'est vrai ! D'ailleurs, les jours où tu étais de bon poil, tu as déjà accepté le chat, les poissons rouges, le hérisson, et les 13 lapins... Mais maintenant, il faut dire STOP !!!

     

    #crottedebique

     

    Parce que l'enfant n'en a jamais assez ! L'enfant veut toujours plus ! Et si moi, la mère coupable, je n'avais pas dit STOP, aujourd'hui, je serais devenue chèvre au milieu d'une famille de hamsters, un poney-club, un élevage d'autruches... J'aurais aussi adopté Serge le lama, je dormirais au milieu d'une volière... Et je serais aussi la mère de 1265 chatons trop mignons...

     

    #mamaisonseraitunjeudeloie

     

    C'est sans compter les larmes, le regard attendrissant de ta progéniture face au pigeon blessé qui se débat dans ton jardin... Non, il ne faut pas craquer !

     

    #résisteprouvequetuexistes

     

    Heureusement avec les années, je me suis endurcie...

     

    #têtedemule

    #caractèredecochon

     

    Je tente tant bien que mal de leur expliquer que j'ai déjà assez à faire comme ça...

    J'ai déjà 2 singes à la maison (Miss Nut 12 ans et John Rambo 5 ans) et un putois (Miss Tarte au Maroilles 9 ans)... et qu'en plus ils s'entendent comme chien et chat !

    Alors non, ma maison n'est pas une ménagerie,

     

    #etsituinsistes

    #attentionjemords

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Aveu N°175 : J'avoue, ces enfants qui ne sont pas les miens...

     

    J'avoue, quand on devient maman, il nous arrive d'instaurer de nouvelles règles sur les pronoms possessifs en famille... Voyez-vous de quoi je parle ? Non ? Alors, retenez bien ces deux règles...

    Règle N°1 : Si l'enfant en question a rangé correctement sa chambre, s'il a fini toute son assiette, et en plus a ramené de bonnes notes de l'école... Vous devez employer ce pronom possessif :

    "Ma fille est cool... Elle a bien rangé sa chambre, a fini toute son assiette et a en plus ramener de bonnes notes de l'école !"

    Règle N°2 : Si l'enfant en question n'a pas rangé correctement sa chambre, si elle n'a fini toute son assiette, et en plus a ramené un 4/20 en maths du collège... Vous devez employer ce pronom possessif :

    "Ta fille, tu devrais vite lui parler ! Elle a laissé un bordel monstre dans sa chambre, n'a rien mangé et en plus elle vient de ramener un 4/20 en maths..."

    Oui, j'avoue... Parfois, mes enfants sont avant tout ceux de leur père ! Allez comprendre pourquoi !

    Quand je suis énervée, mécontente, quand ils m'ont saoulé par un terrible dimanche après-midi pluvieux enfermés tous ensemble dans la même pièce... C'est vrai... ce sont plus ses enfants que les miens !

    #telpèretellefille

    C'est ce qu'on appelle, le côté obscur de la maternité...

    #nonjenesuispastamère

    Le pire, c'est qu'en général, on ne se rend pas toujours compte qu'on renie littéralement la chair de sa chair...

    #lapsusrévélateur?

    Peut-être...

    Pourtant, les chiens ne font pas des chats...

    Est-ce légitime ? Pourquoi en un quart de seconde, notre enfant devrait-il devenir le vilain petit canard de la famille ?

    #noncesttropmoche

    Mais alors pourquoi parfois mes enfants ne sont pas les miens ?

    #demandeaupère!   #ilconnaitpeutêtrelaréponse

    C'est sans doute ça le problème...

    #quandpapanestpaslàlessourisdansent

    Et entendez par là, que mes enfants sont mes enfants, mais qu'ils sont aussi les siens ! 

    Ce sont donc les nôtres...

     

    #unerègleàretenirimpérativement

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  • Aveu N°174 : J'avoue, je suis cette mère coupable de rechercher un emploi.

    J'avoue, je ne pensais pas que cela arriverait si vite... Cette envie, ce besoin, cette évidence, de quitter le nid et mes petits... Mais le moment est venu pour moi de retrouver à nouveau un travail à l'extérieur de chez moi...

    #mèrecoupableàvendre

    En fait, je n'ai jamais cessé de travailler, j'ai travaillé d'ailleurs dès la fin de mes études, dès mon diplôme en poche sans jamais m'inscrire à Pôle Emploi. Mais après avoir travaillé 7 ans en agence de marketing direct et e-marketing et avoir donné la vie à 2 enfants, mon instinct de mère a pris le dessus et j'ai alors décidé de travailler en freelance pour pouvoir m'occuper un maximum de mes enfants. La plus grande allait rentrer au CP, et je me disais que jamais je ne pourrais aller la rechercher à l'école, l'aider à faire ses devoirs... Je me disais aussi qu'avoir un 3ème enfant serait chose impossible vu mon rythme de travail effréné. 

    #etjohnrambonauraitjamaisexisté

    J'ai démissionné avec difficulté... J'adorais mon job, mes collègues, ma boîte. Je l'ai fait pour eux et je l'ai fait pour moi. Car j'étais sûre que quelques années plus tard, j'aurais regretté de ne pas les avoir accompagnés durant leur enfance.

    Je l'ai fait et je le fais encore, ça fait 7 ans que cela dure.

    Miss Nut a aujourd'hui 12 ans et demi, Miss Tarte au Maroilles 9 ans et demi et John Rambo 5 ans.

    Mais aujourd'hui ça suffit ! Cela fait 7 ans que je fais de la pige, que je rédige des articles pour une multitude de sites internet, de magazines de presse, que je fais du community management... et que je me sens seule, toute seule chez moi, pendant que les enfants sont à l'école, et que tout le monde part travailler. Même mes enfants ont tendance à penser que je ne fais rien... que je ne travaille pas... tout simplement parce que je ne suis pas comme d'autres parents, à partir le matin, et à rentrer le soir.

    Pourtant, tant qu'ils étaient tout-petits, je me rendais bien compte que cela aurait été difficile de faire autrement... et je comprenais alors les mamans de 3 enfants au foyer.

    Mais aujourd'hui, ils sont grands, et moi aussi j'ai grandi ! Je veux reprendre ma vie professionnelle en main, avoir des collègues, rendre des comptes à mon patron, me lever tôt le matin, finir ce que j'avais commencé il y a 7 ans... 

    #maisenai-jeledroit?

    Je me le demande... Est-ce qu'avoir travaillé 7 ans en indépendante chez moi, ce ne serait pas un peu comme n'avoir pas travaillé du tout !?

    Je ne pensais jamais en arriver à me poser une telle question ! Même si je sais que cela serait dur de retrouver un travail après, je ne pensais pas que cela serait si compliqué !

    #lenéanttotal

    1 mois que j'envoie des CV, des lettres, à des entreprises, des cabinets de recrutement dans tout le nord de la France et même dans le sud de la belgique, j'en ai bien fait 300, et rien, never, zéro, même pas une réponse, même pas un entretien, même pas un non !

    Je sais que le contexte économique n'aide pas, bien au contraire, mais j'ai quand même de réelles compétences, une vraie envie, de l'expérience. 

    Et là en tant que mère, tu te poses plein de questions : Suis-je trop vieille ? Ai-je attendu trop longtemps avant de me remettre sur le marché du travail ? (bordel de cul, je n'ai que 39 ans), Suis-je punie ? Et en même temps suis-je coupable ?

    Juste une petite réponse, juste une me remettrait du baume au coeur... Mais rien, même pas un NON ! 

    J'ai pourtant fait mes preuves...

    Je suis conceptrice-rédactrice en communication de formation, avec une spécialité en marketing direct

    Je suis aussi pigiste, rédactrice web SEO, community manager

    Je suis blogueuse et mon site compte plus de 130 000 visiteurs uniques avec une page facebook associée qui rassemble plus de 12000 fans

    J'ai créé un e-shop de ouf qui vend des t-shirts à message complètement innocents

    Je suis une créative rigoureuse

    Et pourtant je ne suis qu'un CV parmi une pile de CV à qui on ne répond jamais.

     

    Bref, 

     

    #jesuiscettemèrecoupablederechercherunemploi

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Aveu N°173 : J'avoue, mère coupable & enfants ingrats...

    J'avoue, il n'est pas rare que l'on me demande pourquoi, de part mon blog, je me prénomme La Mère Coupable. En général, j'explique que je suis coupable pour 2 raisons. Premièrement, je me prétends coupable car comme de nombreuses femmes d'aujourd'hui, je ne veux pas être qu'une mère de 3 enfants, mais je veux continuer à être aussi une femme dans tous les sens du terme. Une femme qui veut continuer à s'épanouir et pas simplement dans la maternité. Je veux encore pouvoir m'amuser, découvrir, rire, sortir, travailler... 

    #enplusdefaireàmangerlaverrepassersurveillerlesdevoirs

    #jesuiscomplètementfolle

    En réalité, rien d'extraordinaire, puisque nous sommes nombreuses de cette génération à vouloir tout ça ! Mais il n'y a pas si longtemps, cette façon de vivre était plutôt très mal perçue et jugée.

    #présuméemèrecoupable

    Et de ce fait, même si cette vie trépidante, nous l'avons choisie, nous avons en même temps choisi aussi d'accepter souvent ce sentiment de culpabilité envahissant de n'être pas rentrée dans le rang comme nos aînées.

    #jegalèremaisjassume

    Par ailleurs, je suis aussi une mère coupable vis à vis de mes enfants... Car quoi que l'on fasse, quoi que l'on dise, quand on est une mère, pour nos enfants, on est toujours coupable de quelque chose...

    Pas plus tard qu'hier, je me suis faite incendiée par Miss Tarte au Maroilles, je n'avais en effet pas expressément répondu de façon positive à une demande de "je veux inviter 3 copines à dormir à la maison la semaine prochaine"

    #nonmaisoh

    #cestpaslhotelici

    Très vite, je me suis entendue dire que j'étais une mère nulle, complètement zéro !

    #bonjourlingratitude

    Depuis que les deux miss de la maison grandissent, ce genre d'insultes et de noms d'oiseaux fusent régulièrement... Des mots qui blessent, des mots qui peinent... Et pourtant, j'encaisse.

    #çaleurcoûtecombien?

    Et bien en retour, je me sens tellement meurtrie que je les laisse dire... Je ne les punie pas, je ne leur réponds pas... Je ne sais pas quoi répondre... je ne dis rien. J'attends simplement que le vent tourne, car souvent il tourne même très vite !

    J'ai en effet remarqué qu'une fois la tempête, voire le cyclone passé, au bout de quelques minutes, voire quelques heures, je pouvais entendre tout le contraire et passer du pire au meilleur : tu es la meilleure maman du monde !!!! Et sans même avoir changé d'avis sur ce qui avait causé le premier conflit.

    #lesenfantssontformidables

    Bref, mère coupable, enfants ingrats, tout cela n'est qu'apparence, tout cela ce n'est que des mots...

    Le plus important c'est ce qu'il y a dans le coeur...

     

    #etilfauttoujoursgarderuneoreillepourl'accusée

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Aveu N°172 : J'avoue, je suis une mère, pas une licorne !

    J'avoue, et certains en doutent peut-être, je ne suis pas une licorne et je ne détiens pas son secret... Il est vrai qu'à première vue dans la vie de tous les jours, certains, comme mes enfants, pourraient y croire...

    Je m'attelle en effet à protéger mes petits d'une force comme ce n'est pas permis, et je comprends qu'ils puissent être stupéfaits des pouvoirs que j'utilise pour les servir et les rendre heureux... Le marchand de sable que j'invoque chaque soir pour les aider à s'endormir, la poudre de perlimpinpin que je noie dans un verre de grenadine pour les soigner rapidement d'une fièvre de cheval carabinée, mes doigts de fée qui servent autant à leur faire de succulentes pâtes à la carbonara qu'à payer le dernier jeu de DS dont il rêvait... Mais non, désolée les petits de vous décevoir...

    #jenesuispasunelicorne

    Et quand je vais vite, plutôt très vite (qu'eux ça c'est sûr) à ranger leur chambre... Ce n'est pas en volant à tire-d'ailes mais bien à la sueur de mon front.

    Toute ressemblance avec ce personnage imaginaire serait purement fortuite.

    Quant à péter des arc-en-ciels et des paillettes, je n'oserais me prononcer sur la chose, même si en général, je l'avoue, ils sentent plutôt la rose.

    #euht'asdonnédurhumàtalicornelamèrecoupable?

    J'avoue aussi, mon expérience et mon âge me permettent de savoir aujourd'hui et sans aucune difficulté tourner 7 fois ma langue dans ma bouche avant de parler...

    #jesaiscestimpressionnant

    Mais non, la licorne ce n'est pas moi ! A vrai dire, pas besoin d'être une licorne quand on est une mère... Le cri seul de nos petits peuvent nous aider à décupler nos forces, à faire preuve d'inventivité pour les rassurer et les protéger. 

    Et puis pour eux, ces enfants qui viennent de mon utérus magique, je serais toujours une légende, puisque je suis leur unique maman !

    #bisousmagique

    Non pas besoin d'être une licorne finalement...

    De toute façon avec mon 1m59 et mes gros bras...

     

    #jesuisplutôtdugenremonpetitponey

     

     


     

    >>> peluche licorne

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique